Com2SiCa San vague 300x150

PI : D. Provitolo
FINANCEMENT ANR 2017
DEBUT Octobre 2017
DUREE 42 mois

Si ces quarante dernières années ont été marquées par un accroissement important du nombre de catastrophes, elles ont également permis de révéler la complexité de ces événements où s’enchevêtrent de multiples causalités (physiques, biologiques, technologiques et humaines). Or ces tendances ne devraient pas s’inverser dans les années à venir, car les facteurs de risque restent nombreux : changement climatique, tensions géopolitiques, risques liés aux avancées de la technologie et aux besoins des sociétés, croissance démographique et pauvreté, dégradation de l'environnement et pression urbaine etc. (URD, 2010). Les sociétés modernes, quel que soit leur niveau de développement, restent peut résilientes aux catastrophes. Les populations ignorent souvent de quelle façon elles doivent agir ou réagir en situation de catastrophe (CEPRI, 2013) et si certains comportements s'avèrent adaptés, d'autres, malheureusement plus nombreux (Boyd 1981; ISI 2012), se révèlent inappropriés, (sidération, fuite vers la zone de danger), voire clairement décalés (curiosité, protection des biens etc.) par rapport aux réactions attendues et préconisées par les acteurs opérationnels (Quarantelli 2008) ou les outils de prévention. Cette méconnaissance partielle n’est d’ailleurs pas l’apanage des populations et des décideurs; elle renvoie aussi aux difficultés de la recherche à révéler la complexité des comportements véritablement adoptés lors de catastrophes (Crocq 1994), leur enchaînement, leur dynamique et interdépendance (Provitolo et al. 2015).

Les grands défis actuels dans le domaine de la sécurité et de la sûreté des populations sont donc de progresser dans notre compréhension et capacité à anticiper les comportements humains, individuels et collectifs, face à des menaces et des catastrophes complexes et de toute origine. La façon de prévoir ou anticiper les réactions humaines détermine en effet la manière dont nous gérons les situations d'urgence (Drury et Reicher, 2011), elle permet d'améliorer la résilience des sociétés ainsi que la maîtrise des situations et leur évolution spatio-temporelle.

Le projet Com2SiCa vise à relever ces défis, en s'affranchissant des cloisonnements traditionnels et en couvrant 3 volets fondamentaux de la recherche: acquisition (observation/enquêtes) et analyse de données réelles permettant l'identification, la description et la classification des comportements humains, et ce quelle que soit l'origine de l'événement; modélisation mathématique de la dynamique spatio-temporelle des comportements, dont la robustesse est testée sur la base des relations empiriques et statistiques établies; développement d'une plate-forme web cartographique de simulation des réactions humaines destinée à la communauté scientifique, aux professionnels en charge de la sécurité et sûreté des citoyens et au public dans un cadre de recherche, de formation et de culture du risque. Deux terrains d'étude sont retenus : un tsunami local sur le littoral azuréen qui a connu en juillet 2016 une action terroriste et un accident technologique sur l'agglomération havraise.

Pour réaliser ce projet, le consortium, expert de cette thématique, de la modélisation conceptuelle, mathématique et informatique et des méthodes d'enquêtes (observation et expérimentation) rassemble des chercheurs géographes, psychologues, mathématiciens, informaticiens, géophysiciens et des partenaires institutionnels et opérationnels en charge d'assurer la sécurité et la sûreté des citoyens et des territoires. Les travaux préparatifs communs, financés par la COMUE de l'Université Côte d'Azur (IdexJedi 2016-2017) et le CNRS (Peps HuMaIn 2013 et 2014) et publiés (Provitolo et al. 2015 ; Cantin et al., 2016; Verdière et al. 2014) en assurent la réussite.