Vortex credit J Varga et al vignetteLa façon dont la Terre et les autres planètes se forment, est encore mal comprise. En observant les jeunes étoiles lointaines, nous pouvons observer la formation des planètes en cours. Les étoiles naissantes sont entourées d'un disque de matière en rotation composée de gaz et de minuscules grains de poussière, un disque protoplanétaire. Ces grains de poussière, de part leur collision, parviennent à se coller les uns aux autres, initiant par ce processus la formation des planètes...

betalyraeParue le 8 janvier 2021, une nouvelle étude de la fameuse binaire à éclipse beta Lyrae A a fait l'objet d'une mise en lumière par A&A. Cette étude nous aide à mieux comprendre l’évolution des systèmes binaires. Les chercheurs qui ont mené ces travaux, dont fait partie Denis Mourard, astronome à l’UMR Lagrange (CNRS-UCA-OCA) ont utilisé un très large ensemble de données d'observation : courbes de lumière, données interférométriques optiques, spectroscopie à haute résolution et tout particulièrement pour ce deuxième article les données différentielles spectrales de l’instrument CHARA/VEGA (voir illustration)… Ils ont conçu et optimisé un modèle physique complexe avec 38 paramètres libres.

Durant la semaine du 19 décembre 2020, l'instrument CHARA/VEGA a vécu ses dernières nuits d'observation animées par Norm, Olli, Fred et Denis.

vignette hires 1Aux premières lueurs de 2025, le European Extremely Large Telescope (ELT) sera le plus grand télescope terrestre dans les longueurs d'onde visibles et infrarouges. Les cas scientifiques phares soutenant la proposition de construction de l'ELT ont été la détection de signatures de vie dans des exoplanètes semblables à la Terre et la détection directe de l’accélération de l'expansion cosmique. Ce n'est pas une coïncidence si les deux cas scientifiques nécessitent des observations avec un spectrographe à haute résolution.

endomagement astero vignetteL’Université Côte d’Azur, l’Observatoire de la Côte d’Azur en collaboration avec le Laboratoire Énergies & Mécanique Théorique et Appliquée, l’Institut Jean Lamour de l’Université de Lorraine et le CNRS, ont réalisé une étude sur l'endommagement thermomécanique des surfaces des astéroïdes publiée le 1er décembre 2020 dans Monthly Notices of the Royal Astronomical Society.

vignette superfluidesEn collaboration avec Davide Proment, UEA Norwich, Angleterre,  et Alberto Villois, U. Bath, Angleterre,  Giorgio Krstulovic, chargé de recherche CNRS à l’UMR Lagrange (CNRS-UCA-OCA), a mené une étude sur la reconnexion des vortex quantiques qui a fait la une du journal Physical Review Letters la semaine du 15 octobre 2020.

La mission OSIRIS-REx de la NASAbennu a produit une quantité importante de nouvelles connaissances sur l’astéroïde Bennu et sur le matériau que la sonde récoltera dans moins d'une semaine, le 20 octobre 2020. Dans une collection dédiée de six articles publiés le 8 octobre 2020 dans les journaux Science et Science Advances, les scientifiques de la mission présentent de nouvelles découvertes sur le matériau de surface de Bennu, sur ses caractéristiques géologiques et sur son histoire dynamique. Les données obtenues les font aussi suspecter que les échantillons qui seront récoltés seront très différents des météorites que nous avons déjà sur Terre. Patrick Michel, Marco Delbo, Chrysa Avdellidou et Yun Zhang, chercheurs de l'UMR Lagrange (CNRS-UCA-OCA), sont co-auteurs de certains de ces articles.

voixlacteeLe relevé de l’instrument APOGEE, réalisée dans le cadre du SDSS-IV, est un relevé spectroscopique à haute résolution dont le but est d’analyser environ un demi-million d’étoiles de la Voie lactée et de couvrir toutes les composantes galactiques. En utilisant les dernières observations réalisées dans l’hémisphère sud (Las Campanas, Chili), APOGEE est capable de pénétrer dans les régions les plus obscures de notre galaxie : le centre galactique entouré de son disque stellaire nucléaire (NSD). Le NSD est une structure stellaire dense au centre de la Voie lactée qui cohabite avec l’amas d’étoiles nucléaire et le trou noir central super massif.

> Lire la suite sur le site INSU CNRS

Aller au haut