MERMAIDLe réseau de capteurs sismiques en mer MERMAID se met en place. Le comité de pilotage de ESO, EarthScope-Ocean, qui implique des scientiques de Géoazur, Guust Nolet et Yann Hello, s’est réuni du 7 au 9 juin 2017 à Shenzhen (Chine) pour mettre en place le projet de déploiement à grande échelle d’un réseau d'hydrophones capables d’enregistrer les téléséismes.


EOS est porté par l'Université SUSTech de Shenzhen en Chine en collaboration avec Géoazur de l'UCA, l'IPG de Strasbourg, l'Université de Princeton aux USA et les Universités de Jamstec et Kobé au Japon.

170510 INSU1Les fonds océaniques sont parsemés de monts sous-marins entrainés dans les zones de subduction par le mouvement des plaques tectoniques. Bien qu’invoqué pour plusieurs séismes de subduction majeurs (2010 Chili, 2011 Japon, 2012 Costa Rica), le rôle des monts sous-marins subduits dans la genèse des grands séismes de subduction reste controversé. Une étude menée au sein du LMI Séismes et Volcans dans les Andes du Nord1, et publiée en Mai 2017 dans la revue Journal of Geophysical Research, montre qu’un vaste relief océanique entrainé en subduction à moins de 15 km de profondeur sous la bordure continentale de l’Equateur bloque la faille de subduction.

170418 logoLes zones de subduction produisent les séismes les plus forts et les plus destructeurs jamais enregistrés sur Terre. Plusieurs chercheurs internationnaux1, dont certains des laboratoires Geoazur (CNRS / IRD / OCA / Université Nice Sophia Antipolis) et ISTerre (CNRS / Université Savoie Mont Blanc / IRD / IFSTTAR / Université Grenoble Alpes) se sont regroupés pour déterminer la localisation et l’extension des zones de ruptures sismiques des prochains grands séismes, qui demeure l'un des défis majeurs à relever en Sciences de la Terre, avec un enjeu sociétal pour les nombreuses populations vivant le long des côtes.

Aller au haut