Communiqué de l’ESO du 24 novembre 2014

L’étude des étoiles géantes rouges permet aux astronomes de comprendre le futur du soleil. Cela permet aussi d’étudier comment ces étoiles enrichissent les galaxies des éléments nécessaires à la vie. Une des géantes rouges les plus célèbres se nomme Mira A et se trouve dans un système binaire situé à 400 années lumières de la terre. Avec cette nouvelle image, le télescope ALMA nous révèle la vie secrète de Mira.

Mira A est une vieille étoile qui a commencé à éjecter les atomes produits durant son évolution et enrichit ainsi notre galaxie. Le compagnon de Mira A, appelé Mira B, orbite autour de Mira à une distance équivalente à deux fois la distance entre la Terre et Neptune.
Nous savions que le vent de Mira A, relativement lent, modelait doucement le gaz et la poussière autour de cette étoile. Les observations du télescope ALMA confirment maintenant que son compagnon est une étoile d’un tout autre type, avec un vent complètement différent. Mira B est une naine blanche, dense et chaude avec un vent stellaire intense et rapide.

Ces nouvelles observations montrent comment les vents de ces deux étoiles ont créé une nébuleuse complexe et fascinante. La bulle en forme de cœur au centre de l’image est formée par le vent énergétique de Mira B à l’intérieur du vent plus calme de Mira A. Ce cœur, qui a été formé il y a environ 400 ans, et le reste du gaz entourant ce couple stellaire montrent que l’interaction entre ces étoiles a conduit à la formation de cet étrange et spectaculaire environnement.

En étudiant des étoiles comme Mira A et Mira B, les scientifiques espèrent découvrir comment les étoiles de notre galaxie vivant en couple diffèrent de celles vivant seules lorsqu’elles injectent dans la voie lactée les éléments qu’elles ont créés durant leurs vies. Malgré la distance séparant ces deux étoiles, Mira A et son compagnon ont un impact important l’une sur l’autre. Ces observations permettent donc de mieux comprendre l’influence d’un compagnon sur la mort d’une étoile.

Les astronomes ont pu montrer, au moyen d’observations avec ALMA ou d’autres télescopes, que d’autres vieilles étoiles mourante avaient aussi des environnements complexes Il n’est cependant pas toujours facile de savoir si ces étoiles vivent seules, comme le soleil, ou en couple, comme Mira. Ces observations de Mira A, son partenaire et leur bulle en forme de cœur nous apportent donc une meilleure compréhension de la fin de vie des étoiles en couple.

Ces nouvelles observations de Mira A et de son partenaire sont présentées dans cet article dans Astronomy & Astrophysics :http://adsabs.harvard.edu/abs/2014A%26A...570L..14R

Mira A

Crédit : ESO/S. Ramstedt (Uppsala University, Sweden) & W. Vlemmings (Chalmers University of Technology, Sweden)

Contact chercheur :
Éric Lagadec (OCA - Laboratoire J.-L. Lagrange) l 04 92 00 19 79 l Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.