vignette universcityLe télescope UniversCity, dont la construction est en cours de finalisation au Plateau de Calern, a permis d'obtenir pour la première fois des données scientifiques sur deux occultations stellaires le 10 juillet 2021. Elles ont été réalisées par une étudiante basée à Nice qui contrôlait l'instrument à distance. Les deux observations, l'une avant l'aube, l'autre la nuit du même jour, se sont avérées positives, produisant ainsi des mesures utiles. Elles concernaient les astéroïdes (2207) Antenor et (884) Priamus, « troyens » de Jupiter et cibles du projet Lucky Star.

Les observations ont été réalisées par Luana Liberato, doctorante (UMR Lagrange / UNESP – Brésil), qui a été formée et assistée pour la prise de contrôle du télescope à distance par Paul Girard, chef de projet UniversCity (OCA), et Erick Bondoux, OGS Technologies.

Pour les deux événements, la probabilité de voir l'occultation était comprise entre 15% et 40% avec l'ombre d'Antenor ne passant pas, a priori, sur le site de Calern. Ces détections amélioreront beaucoup la précision de l'orbite des astéroïdes qui ont occulté l'étoile. Des informations précieuses sur leur taille et leur forme sont obtenues grâce aux observations effectuées indépendamment par un réseau d’observateur mixte (amateurs et professionnels), qui inclue aussi des autres contributions de notre équipe : le télescope de la Coupole Schaumasse (sur le site du Mont-Gros à Nice, par Matthieu Conjat) et une station mobile (Paolo Tanga).

Le télescope UniversCity a un diamètre de 0,5 m. Une des principales applications qui ont guidé sa conception est l'observation systématique des occultations stellaires par les astéroïdes, en mode robotique, en exploitant les améliorations apportées par la mission Gaia.

Les opérations à distance sont une étape préliminaire vers l'automatisation du télescope.

image 1 universicty

 image 2 universicty

Les graphiques montrent le signal mesuré pour les étoiles occultées par Antenor (en haut) et Priamus (en bas). Les deux événements étaient de faible altitude et le second a été affecté par des voiles nuageux.
Les points noirs représentent les données observées, les rouges le modèle ajusté (crédits : L. Liberato, UMR Lagrange (CNRS-UCA-OCA).

 image 3 universicty

La silhouette projetée sur le ciel par Antenor, observé par occultation. Les observations d'occultation positives observés aux de différents emplacements fournissent 4 "coupes" à travers la forme (appelées « cordes »). Les cordes sont des segments tracés à partir de la connaissance des emplacements des observateurs, des instants de début et fin de l'occultation et du mouvement de l'astéroïde dans le ciel. Les lignes continues correspondent aux emplacements d’observateurs où l'occultation n'a pas eu lieu. L'ellipse qui en résulte (ligne noire) a un rayon équatorial de 63,1 ± 4,9 km et un aplatissement 15 ± 7 %.La zone grise représente l'incertitude sur la forme. (crédits : L. Liberato, UMR Lagrange (CNRS-UCA-OCA) – package SORA – UniversCity, Observatoire de la Côte d'Azur).

Contacts

Paolo Tanga, UMR Lagrange ( OCA) – coordinateur scientifique UniversCity -
Lyu Abe (Lagrange/OCA) – PI UniversCity -
Paul Girard (OCA) - chef de projet UniversCity -